mercredi 28 août 2019

Les diplômés du collège se tournent vers la fonction publique


Comme les emplois sont devenus rares pendant la récession, de nombreux diplômés des collèges se sont tournés vers le travail de la fonction publique, beaucoup de prendre des emplois militaires à but non lucratif et aux États-Unis. De 2008 à 2009 seulement, 16 pour cent plus de diplômés universitaires ont travaillé pour le gouvernement fédéral et 11 pour cent plus travaillé pour des groupes à but non lucratif, selon une analyse par le New York Times des données de l'American Community Survey du Bureau du recensement des États-Unis. Une enquête du département du Travail a montré que le nombre de diplômés d'université entrant dans ces travaux a continué à augmenter en 2010.

Depuis le début de la récession en 2007, un nombre croissant et régulier de diplômés universitaires (des dizaines de milliers) ont également rejoint les forces armées, la Marine et l'Armée de terre en augmentant le plus. Environ 60 % plus de diplômés se sont enrôlés dans la Marine en 2011 qu'en 2007.

« Lorsque l'économie s'aggrave, comme elle l'a fait ces dernières années, nous constatons certainement une augmentation du nombre de jeunes qui sont hautement qualifiés, qui veulent s'enrôler dans l'armée », a déclaré Beth Asch, chercheuse pour la RAND Corp, une organisation qui a étudié l'armée américaine. recrutement depuis plus de 40 ans.

« Depuis le milieu des années 2000, le taux de chômage a essentiellement doublé », a-t-elle déclaré. Depuis lors, l'armée et la marine a vu plus d'une augmentation de 50 pour cent des recrues avec des diplômes universitaires, la RAND Corp signalé en 2012.

Selon les statistiques de 2011 de nombreuses organisations de service public, le nombre de diplômés d'université à l'échelle nationale à la recherche d'un travail à but non lucratif avec des organisations comme AmeriCorps, le Corps de la paix et Teach for America a également fortement augmenté.

«Il n'est pas rare pour moi d'entendre parler de plus de 100 demandes pour un poste à but non lucratif, parfois beaucoup plus que cela, et beaucoup plus de diplômés ivy League collège postulant qu'avant, "Diana Aviv, chef de la direction de secteur indépendant, un groupe commercial pour les organismes à but non lucratif, a déclaré au New York Times en 2011. "Certaines de ces personnes n'ont pas été employées pendant un certain temps et sont heureuses d'avoir quelque chose. Mais une fois qu'ils sont là, ils se sont recalibrés et se sont réorientés vers la fonction publique.

Les demandes de postes d'Americorps ont presque triplé, passant de 91 399 en 2008 à 258 829 en 2010, et 582 000 demandes ont été soumises en 2011. Le nombre de candidats pour Teach for America a également grimpé de 32 pour cent en 2011. En 2012, Teach for America a reçu le plus grand nombre de candidats à ce jour , soit plus de 48 000.

Toutefois, le travail limité dans le secteur privé et la faiblesse de l'économie n'ont pas été considérés comme les principaux facteurs contribuant à la nouvelle tendance. Les programmes d'annulation de prêts aux étudiants, le soutien présidentiel et un désir plus répandu de servir noté parmi la génération millénaire ont également été considérés comme des facteurs contributifs de manière significative.

Certains ont cité la popularité du président Barack Obama auprès des jeunes, les antécédents en tant qu'organisateur communautaire et sa promesse de rendre le service public « cool » qui a contribué à susciter l'intérêt des jeunes pour les carrières dans la fonction publique.

Dans une interview de 2007 avec le magazine Time, Obama, alors sénateur des États-Unis, a déclaré qu'il pourrait « rendre le gouvernement et la fonction publique cool à nouveau » s'il est élu président :

« Une des choses que je pense que je peux apporter à la présidence est de rendre le gouvernement et la fonction publique cool à nouveau. Il ya une telle faim chez les jeunes pour certains débouchés pour leur idéalisme. C'est pourquoi vous voyez ces mouvements autour du Darfour ou le changement climatique. Vous ne le voyez pas exprimé en termes de gens qui veulent servir dans le ministère de la Justice ou le service extérieur. Pourquoi le devraient-ils, alors que les missions de base de ces organismes ont été éviscérées? ")

Un autre avantage et une influence pour les nouveaux diplômés à entrer dans la fonction publique a été le programme fédéral d'annulation des prêts de la fonction publique, créé en 2007. Le programme accorde l'annulation des prêts étudiants à ceux qui travaillent dans la fonction publique pendant 10 ans.

« Je pense qu'il y a un grand besoin dans tant de domaines différents auxquels ma génération ne fait que répondre », a déclaré à Knox News Courtney Washburn, diplômée de 2010 qui a décidé de gagner sa vie dans la fonction publique.

« Une chose que ma génération commence à voir, c'est que l'argent n'est pas une fin à tout », dit Warren Pineda, 22 ans, diplômé. « Nous valorisons les récompenses intrinsèques autres que l'argent. C'est juste essayer d'être le changement que vous voulez voir, parce que si vous ne le faites pas, personne d'autre ne le fera.

Certains politologues ont dit que les millénaires - ceux qui ont grandi dans les années 1990 ou au 21e siècle - sont « exceptionnellement au grand cœur », attribuant cela en partie aux exigences supplémentaires de service communautaire qu'ils avaient à l'école.

« Cette génération a grandi avec de grands événements comme le 11 septembre et l'ouragan Katrina », a déclaré Sandy Scott, conseillère principale en communications pour la Corporation for National and Community Service à Washington, D.C. - l'agence fédérale qui supervise AmeriCorps. « Ils ont été exposés dans l'éducation de la maternelle à la 12e année à la valeur gratifiante du bénévolat, un phénomène nouveau mais croissant. Ils veulent faire une différence pratique, il n'est donc pas surprenant qu'ils affluent vers AmeriCorps et d'autres possibilités de service public.

Bien que le nombre de jeunes instruits qui travaillent dans la fonction publique ait légèrement augmenté depuis le tournant du millénaire, la soudaine hausse en 2009 suggère que c'est peut-être l'absence de travail dans le secteur privé, et non le grand cœur, qui a forcé diplômés plus récents à chercher du travail dans le secteur public. De 2008 à 2012, les emplois privés ont diminué de 4 p. 100; le gouvernement fédéral, quant à lui, a augmenté de 11,4 p. 100.

Bien que les organismes sans but lucratif étaient heureux d'avoir des nouveaux employés énergiques, instruits et peu coûteux, certains craignent que leur popularité parmi les jeunes d'aujourd'hui ne surpasse pas cette période d'augmentation du chômage. Plusieurs études ont toutefois révélé, y compris les résultats de Paul Oyer en 2008 sur les M.B.A. qui obtiennent leur diplôme en récession, que les conditions économiques au début de la carrière d'un travailleur peuvent avoir un fort impact sur sa trajectoire de carrière à long terme.

Cette fin n'est peut-être pas trop loin devant nous maintenant. Ce mois-ci, l'Employment and Training Administration du département du Travail des États-Unis a indiqué que les demandes d'assurance-chômage pour la première fois étaient en baisse de 330 000 - un niveau jamais vu depuis janvier 2008. Bloomberg News prévient toutefois que les données ne tiennent pas compte des fluctuations qui ont lieu au début de l'année.

De plus, au cours des trois derniers mois, on aurait commercialisé la plus forte baisse de quatre ans pour l'emploi public depuis la Seconde Guerre mondiale - un employé du secteur public a été congédié pour cinq travailleurs du secteur privé qui ont trouvé un emploi. Depuis la fin de 2008, près de 700 000 employés du secteur public ont perdu leur emploi, principalement en raison des compressions budgétaires.

Ceux qui ont perdu leur emploi étaient plus susceptibles de ne pas avoir d'études postsecondaires, selon les données présentées dans l'article « The College Advantage: Weathering the Economic Storm ». Près de quatre emplois perdus sur cinq entre décembre 2007 et janvier 2010 appartenaient à des travailleurs sans diplôme d'études collégiales, et les emplois obtenus pendant la reprise n'ont pas été retournés à ces travailleurs, mais pris par des travailleurs titulaires d'un baccalauréat ou d'un diplôme supérieur, ou formation postsecondaire.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire